Différences entre SAS et SARL

 

Les différences entre une SAS (ou SASU) et SARL (ou EURL) ?

Lors de la création d’une entreprise ou lors d’un changement de statut juridique d’une entreprise, il est très important de comprendre toutes les spécificités de chaque statut pour choisir le bon. Bien choisir le statut juridique d’une entreprise est la première étape de sa réussite !

Le montant des charges sociales à payer sur la rémunération du dirigeant

Le montant des charges sociales à payer sur la rémunération du dirigeant varie en fonction du statut juridique de l’entreprise. Cette variation est assez importante et constitue un critère clé.
➢ Pour une SARL (ou EURL), le dirigeant qui détient la majorité du capital est un travailleur non-salarié. Pour un TNS, les charges sociales représentent entre 35% et 55% des revenus nets.
➢ Pour une SAS (ou SASU), le dirigeant a un statut de salarié : les charges sociales sont donc comprises entre 50% et 70% de la rémunération nette.

Si vous cherchez une rémunération importante assez vite, il faudra opter pour le statut de SARL pour limiter les charges sociales.
La SARL est une structure dite de subsistance (appréhension de revenus), la SAS est une structure dite de croissance (évolution rapide d’activité, augmentation du nombre d’associés, dividendes,…)

Le montant des cotisations et de la retraite

Le statut juridique a un impact réel sur le montant des cotisations aux caisses de retraite, mais aussi sur le montant des prestations retraites reçues par le dirigeant après sa carrière professionnelle.
➢ Pour une SARL (ou EURL), le dirigeant cotise moins tout au long de sa carrière, mais recevra une retraite moins importante. Il lui suffira de cotiser à des régimes supplémentaires facultatifs dits « Madelin » ou article 62, pour compléter sa retraite. Cette formule offre plus de souplesse.
➢ Dans le cas d’une SAS (ou une SASU), le dirigeant cotise comme un salarié, à la même caisse. Il cotise plus, mais reçoit plus que pour un dirigeant de SARL en prestation retraite. Il cotise de façon obligatoire à une retraite complémentaire (AGIRC)

Les dividendes et les cotisations sociales

Alors que les dividendes versés aux dirigeants de SARL n’étaient pas ou faiblement taxés, la loi Finance 2013 a changé la donne : certains dividendes sont soumis à des cotisations sociales. En effet, cela permet de limiter l’optimisation fiscale dans la balance salaires/dividendes.

• Pour une meilleure retraite ou pour verser beaucoup de dividendes, il faut privilégier la SAS.
• Pour une cotisation minimale et constituer sa propre retraite, il faut privilégier la SARL.

Pour conclure, on peut dire que le statut juridique influence grandement la gestion comptable et financière de l’entreprise, mais aussi la rémunération et la retraite du dirigeant d’entreprise. De nombreux paramètres rentrent en ligne de compte. Cependant pour simplifier, il est possible de dire que pour une économie immédiate de charges sociales et de pilotage de retraite, il faut s’orienter vers la SARL et pour une meilleure protection de base (retraite et prévoyance) ou pour piloter son revenu entre rémunérations et dividendes, il faut s’orienter vers la SAS ou SASU.

Comments

Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Je souhaite obtenir plus d’informations sur
mon appli comptable en ligne